thé

Vitrines » thé
  1. Boisson chaude préparée à partir d’une infusion de feuilles du théier.
    • Le thé est d’un grand secours pour s’ennuyer d’une manière calme. Entre les poisons un peu lents qui font les délices de l’homme, je crois que c’est un de ceux qui conviennent le mieux à ses ennuis. (Senancour, Oberman, Lettre LXIV)
    • Et ce pauvre hère, ragaillardi lui aussi par le thé et la bonne chère, traduit alors la reconnaissance de son estomac repu par un concert qui porte la satisfaction générale à son comble. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 32)
    1. (Rare) Infusion préparée à partir d’une autre plante. Ce sens, courant dans beaucoup de langues, ne se rencontre que très exceptionnellement en français. On dit plutôt tisane dans ce sens.
      • Et moi qui la soignais
        Au thé de serpolet !
        (Maurice Carême, La Lanterne magique)
    2. Repas, ou réception, à un moment de la journée où l’on sert classiquement du thé, usuellement vers 17h00.
      • Puis ce fut Karthoum et son palace, où l’on ne parlait pas davantage français et où Yette tiqua d’autant plus qu’il vint au thé de fort jolies femmes bien habillées. (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. I, Gallimard, 1937)

    Source Wiktionnaire