désherbage

Vitrines » désherbage
  1. (Agriculture) (Jardinage) Action qui consiste à retirer les mauvaises herbes (adventices) manuellement ou à l’aide de produits chimiques (herbicides).
    • Mais nous obtenons le même rendement en complétant le désherbage par une simple application de 2,4-D, ceci en l’absence de dicotylédones ! (Compte rendu de la Conférence du COLUMA, Comité français de lutte contre les mauvaises herbes, 1977, vol.4, p.1096)
    • Dans les grandes régions à colza, la trifluraline est la base du désherbage. Mais l’utilisation de ce produit efficace et peu coûteux sera interdite à compter de 2009. (C.Gloria, Désherbage Colza: Profiter de la trifuraline jusqu’à la dernière goutte, dans Réussir – Grandes cultures n°216, 22 août 2008, p.44)
    • Reprenons ici l’exemple de l’atrazine, appliquée pour le désherbage des voies de chemin de fer en Suisse. Après avoir été détectée dans les nappes phréatiques, l’atrazine a été remplacée par le diuron. (Nathalie Chèvre & Suren Erkman, Alerte aux micropolluants: Pesticides, biocides, détergents, médicaments et autres substances chimiques dans l’environnement, Lausanne : P.P.U.R., 2011, p.124)
  2. (Livre) Opération qui consiste à éliminer et à renouveler des collections, dans une bibliothèque.
    • Le désherbage sert principalement à élaguer la collection de documents qui n’y ont plus leur place, aérer les rayonnages (facilitant ainsi l’accès aux documents, valorisant certains ouvrages moins « noyés dans la masse »), actualiser les collections, évaluer la cohérence d’un fonds et sa pérennité. Il permet aux bibliothécaires d’approfondir leur connaissance des fonds et de veiller à la qualité de ce qui est offert plutôt qu’à la quantité. (Fiche pratique : Désherber en bibliothèque, École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques, 2008-2013)
    • A travers les problématiques qui portent sur le tri des ouvrages à garder dans une bibliothèque, il est possible d’aborder deux questions : peut-on parler de désherbage pour les bibliothèques de l’époque babylonienne tardive […]. (Ph Clancier, Les bibliothèques en Babylonie dans la deuxième moitié du Ier millénaire av. J.-C., Ugarit Verlag, 2009, page 234)

Source Wiktionnaire