miel

Vitrines » miel
  1. Substance liquide, visqueuse et sucrée que les abeilles composent avec le suc qu’elles recueillent en butinant les fleurs et les feuilles des plantes.
    • Le miel est le produit sucré extrait des ruches, fabriqué à partir du nectar, du miellat et d’autres matières sucrées récoltées sur des végétaux par les abeilles. (Cirad/Gret/MAE, Mémento de l’agronome, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Étrangères, Paris, 2002, page 1310)
    • […] les Mytiléniens n’amassent pour trésors que le miel de leurs abeilles : ils en ont fait le symbole du bonheur. (Pierre Louÿs, Lesbos aujourd’hui, 1901, dans Archipel, 1932)
    • Pour ce faire, il convient de ne pas perdre de vue le modèle empirique de l’abeille qui produit un excrétat nourricier, le miel, mais qui sécrète également du venin, substance toxique. (Gilles Tétart, Le Sang des fleurs : une anthropologie de l’abeille et du miel, 2004, p. 135)
    • […] l’hydromel y était une boisson fort en usage ; ce qui prouve que l’art d’élever les abeilles y était pratiqué en grand, et qu’on savait enlever à ces industrieux travailleurs le miel qu’ils produisaient. (François-Xavier Masson, Annales ardennaises, ou Histoire des lieux qui forment le département des Ardennes et des contrées voisines, imprimerie Lelaurin, Mézières, 1861, p. 54)
    • Le miel du mont Hymette était célèbre chez les anciens. — Le miel vierge est le plus pur.
  2. (Figuré) Ce qu’il y a de bien, de bon, d’agréable, de facile dans une chose.
    • Je percevais au tremblement de leur voix, au miel de leurs paroles, cette terrible servitude qui les liait à ce qu’on nomme l’amour, d’un mot trop doux parce qu’on ne veut pas lui donner son véritable visage de bestialité et d’animalité. (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 32)
  3. (Par analogie) Commencement d’une association, d’une entreprise, d’une fonction, de toute affaire dont on ne connaît encore que les avantages et non les difficultés.

Source Wiktionnaire