dorure

Vitrines » dorure
  1. Couche d’or fort mince appliquée sur la superficie de quelque ouvrage.
    • […] un lit de parade, orné d’une infinité de dorures et de rideaux de brocart avec des galons et des franges d’or et d’argent. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Il gagna la grande salle de réception aux fauteuils surmontés de dorures. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • On suppute le prix d’une colonne, on marchande l’épaisseur des dorures, bientôt il ne sera plus permis d’allumer une rampe au fronton de l’Élysée, sans entendre crier quelque part qu’un mètre de gaz coûte vingt centimes, […]. (Pierre Louÿs, Une fête à, Alexandrie, dans Archipel, 1896)
    • Un jour blafard éclairait les dorures de la salle dont la partie inférieure restait plongée dans la pénombre. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)

Source Wiktionnaire

Christian Rattaz

travaux de peintre en décors, notamment faux-bois et faux-marbres, dorure à l'or fin, fabrication et pose de corniches, patines, stucco.

Christian Rattaz 2016-02-07T07:57:58+00:00